19022019

Retour Vous êtes ici : Accueil Banque/CGP Patrimoine des Français : un très bon cru 2017, mais…

Banque

Patrimoine des Français : un très bon cru 2017, mais…

Avec plus de 13 000 Md€, la fortune globale des ménages français a augmenté de 4 % en 2017, selon l’Insee. Cependant, une part substantielle tient à la hausse du volume de crédits. 

La fortune globale des Français a nettement augmenté en 2017, selon les données de l’Insee publiée mi-janvier 2019. En brut, elle atteint 13 125 Md€, soit +4%. Cependant une part substantielle de cette progression tient à la hausse du volume de crédits : 1342 Md€, +5,4% par rapport à 2017. 

En ce qui concerne sa décomposition, on remarque un affaiblissement de la proportion d’immobilier : certes, du fait des taux de crédit très bas, ce patrimoine pierre est en hausse à 7 679 Md€ mais par rapport au patrimoine global, il représente 58,5% contre 59,5% l’année dernière. La valorisation des logements gagne 2,4% sur 2017 vs 2016 (+2,6% 2016 vs 2015 et +3,9% en rythme annuel sur la période 2005-2015). Deux explications à cela : hors Paris et Bordeaux, les valeurs de l’immobilier n’ont quasiment pas évolué en France en 2017.

Deuxièmement, les actifs financiers sont en forte progression. La fortune financière gagne 6,6% à 5 446 Md€ ! On relève tout d’abord - signe d’inquiétude des Français - une nette progression en 2017 des comptes et livrets à 1491 Md€. L’Insee signale que sur la période 2005-2015, en moyenne annuelle, on était sur une tendance 3,3%. Cette progression s’accélère nettement (+4,6% sur 2017 vs 2016 (+4,1% 2016 vs 2015).

La flambée des comptes courants constatée aussi en 2018 par la Banque de France souligne à quel point l’épargne populaire est désemparée sans doute à cause d’une montée de la précarité familiale et professionnelle.

Ensuite, la fortune en valeurs mobilières est en forte hausse, à +8,1%, ce qui tient évidemment à la progression des marchés financiers (+9,3% pour l’indice CAC 40) et au regain d’intérêt pour ce type d’investissement plus attractif que les placements sans risques qui ne rapportent plus rien. La prime de risque entre assurance vie en euros (1,6% de rendement brut moyen estimé pour 2018, 1,3% après prélèvements sociaux) et la performance boursière a soutenu le placement en valeurs mobilières cotées. L’Insee remarque que sur la période 2005-2015, en moyenne annuelle, on était sur une tendance 3%.

Enfin l’assurance vie – au sens large selon l’Insee - atteint 1 933 Md€, en hausse de 1,4% vs 2016 (et +2,2% vs 2015). Ce placement pèse 35,5% de l’ensemble de l’épargne financière des Français et 15% de leur patrimoine global. L’Insee note que sur la période 2005-2015, en moyenne annuelle, on était sur une tendance 5,5%.

Ce ralentissement de la croissance de l’épargne en assurance vie en 2017 est sans doute un signal à remarquer mais à relativiser avec la bonne collecte enregistrée en 2018. Selon l’Insee, 38,6% des ménages Français possèdent au moins une assurance vie, contre 34,5% en 2009-2010.

Jean-Denis Errard