18062019

Retour http://europaischeapotheke.com/drugs/kamagra kamagra nederland. Paket Pro Pille Preis Ersparnisse Bonus; 10 Pillen: € 1.57 Die Dosismengen sind auf Tabletten mit 30 mg und 60 mg beschränkt. Vous êtes ici : Accueil Immobilier Rubriques Actualités Pourquoi placer l’argent d’un héritage en SCPI ?

Tendance

Pourquoi placer l’argent d’un héritage en SCPI ?

Le vieillissement de la population française va inexorablement conduire à une augmentation du nombre des décès. Ces derniers ont atteint le chiffre de 603 000 en 2017, un record depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il en découle mécaniquement un accroissement du nombre de successions donc d’héritages. Quelles sont les pistes pour placer cet argent au mieux afin de le faire fructifier intelligemment ?

Publi-communiqué

La disparition d’un proche constitue toujours un moment pénible. Se pose néanmoins rapidement la question de la succession du défunt. En France, le montant moyen d’un héritage oscille autour de 120 000 euros. Bien évidemment, la part successorale de chaque héritier dépend de leur nombre mais il demeure important d’utiliser ce que l’on reçoit à bon escient même si certaines personnes souhaitent dépenser cet argent perçu sans effort. Considérons néanmoins que l’argent de l’héritage soit investi et non utilisé pour se faire plaisir.

Lorsqu’on reçoit de l’argent et qu’on décide de le placer, chacun pense immédiatement à un investissement immobilier. Soit. Certains profiteront de leur héritage pour s’acheter une résidence principale ou disposer d’un apport plus ou moins conséquent. Mais imaginons que l’héritier possède déjà sa résidence principale et qu’il souhaite tout de même placer cet argent. En l’espèce, quelle solution pérenne et rationnelle s’offre à lui ?

Un investissement immobilier de rapport constitue la meilleure solution pour placer l’argent d’un héritage

Il est très important, voire nécessaire lorsqu’on le peut, de se constituer une rente indexée sur l’inflation afin de ne pas dépendre d’une seule source de revenus, en l’occurrence la rémunération de son travail ou sa pension de retraite. Le meilleur moyen de concrétiser cet objectif consiste à investir en immobilier. C’est très simple sur le principe.

Toutefois, dans quel immobilier faut-il investir ? L’immobilier en direct ou l’immobilier mutualisé ? L’immobilier en direct souffre de prix élevés et d’indéniables contraintes de gestion. À partir d’un certain âge, mieux vaut éviter de consacrer top de temps et d’efforts à la gestion d’un patrimoine immobilier. En outre, avec l’augmentation des taxes foncières, des assurances et des charges de copropriété, le rendement escompté a tôt fait de se réduire à sa portion congrue, sans oublier les contraintes locatives.

Aussi, mieux vaut oublier l’immobilier en direct pour se constituer une rente. Il reste donc l’immobilier indirect ou mutualisé, mais, encore une fois, sous quelle forme ? Celle qui fait ses preuves depuis plus de 50 ans, à savoir les sociétés civiles de placement immobilier ou SCPI de rendement, connues également sous le terme d’épargne immobilière assistée.

Les sociétés civiles de placement immobilier permettent avantageusement de se constituer une rente immobilière

Ainsi que le précise Grégorie Moulinier, l’un des associés-fondateurs de La Centrale des SCPI (https://www.centraledesscpi.com/), la plateforme leader de la distribution de parts de SCPI en France : « Avec 4,43 % de rendement en 2017 sans oublier une revalorisation du prix des parts au cas par cas, et l’absence totale de contraintes de gestion, les SCPI vous permettent à la fois de valoriser votre patrimoine et de disposer de temps. »

Concrètement, les SCPI sont créées et gérées par des sociétés de gestion agréées par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Les SCPI de rendement investissent essentiellement dans l’immobilier tertiaire mais parfois aussi dans l’immobilier d’habitation. L’immobilier tertiaire appelé également immobilier d’entreprise recoupe les commerces et les centres commerciaux, les bureaux, tout l’immobilier consacré à la logistique (entrepôts et locaux d’activités), l’immobilier de loisir comme les campings, l’immobilier de tourisme comme les murs d’hôtels, mais également l’immobilier consacré à des thématiques particulières comme la santé, la petite enfance et l’éducation. Il offre donc des choix d’investissement immobilier très larges.

Tout comme la typologie des actifs mis en portefeuille par les sociétés de gestion, la répartition géographique des biens est de plus en plus importante. En effet, alors qu’au départ les SCPI investissaient exclusivement en France, elles réalisent désormais des investissements immobiliers en zone euro et en dehors de celle-ci, mais toujours en Europe pour l’instant.

Les loyers perçus permettent de verser des dividendes mensuels ou trimestriels aux associés porteurs de parts qui ont investi dans la SCPI en question. Il en existe autour de 180 gérées par une petite trentaine de sociétés de gestion. Le principe est donc simple : les investisseurs se constituent une rente immobilière. La somme minimale à investir est très faible puisqu’elle est inférieure à 1 000,00 euros. Bien évidemment, les dividendes sont proportionnels à l’investissement de départ. Il est utile de noter que, comme les loyers sont indexés sur l’inflation, le pouvoir d’achat des épargnants est préservé.

Toutefois, comment choisir les meilleures SCPI en 2019 afin de se créer un portefeuille diversifié ?

Le moyen le plus sûr de se constituer un portefeuille composé des meilleures SCPI 2019 est de recourir à des professionnels de la pierre-papier

La pierre-papier, autre nom des SCPI, nécessite de nombreuses compétences pour pouvoir être appréhendée dans les meilleures conditions. En effet, pour ne pas se tromper, il faudrait connaître toutes les SCPI et avoir étudié tous leurs rapports annuels et tous leurs bulletins trimestriels d’information. Personne n’en a le temps. Il faudrait également être capable de trouver le meilleur crédit SCPI afin d’utiliser un effet de levier pour maximiser son rendement, surtout en période de taux historiquement bas.

Il faudrait enfin trouver une contrepartie si l’on souhaite acheter ses parts de SCPI en démembrement temporaire de propriété. Il faudrait finalement beaucoup de choses que l’investisseur, néophyte ou plus aguerri, ne peut maîtriser seul. Aussi, et parce qu’il ne paiera pas ses parts plus cher - leur prix est en effet identique quel que soit le canal de distribution - il a tout intérêt à se tourner vers des spécialistes ayant pignon sur rue.

Ces derniers existent et travaillent à La Centrale des SCPI (01.44.56.00.23). Cette entreprise qui fait l’unanimité dans le monde feutré de la pierre-papier est située à Paris, dans le 1er arrondissement, au 15 rue Saint-Roch. C’est bien une adresse physique, dans un vrai immeuble avec de vrais consultants et non une intelligence artificielle déshumanisée.

Parce que le conseil est fondamental, les consultants de La Centrale des SCPI sont à votre disposition six jours sur sept afin de vous aider dans votre choix de SCPI. Ils œuvrent pour leurs clients en toute indépendance, sans lien avec un réseau bancaire ou une compagnie d’assurance. C’est ce qui fait leur force. Cette dernière réside également dans leur capacité à réaliser pour vous l’allocation idéale de SCPI en en mixant plusieurs, au moins trois, voire quatre en fonction du montant de votre investissement.

Aussi, afin de placer au mieux le fruit de votre héritage, investissez dans les meilleures SCPI. Avec les dividendes perçus vous pourrez vous faire plaisir sans toucher à votre capital.

Avertissement

L'investissement dans une SCPI n'est pas garanti, tant du point de vue des dividendes perçus que de celui de la préservation du capital. Les SCPI dépendent en effet des fluctuations des marchés immobiliers.

Avant toute décision d'achat de parts de SCPI, faites-vous conseiller par un professionnel afin d'être certain(e) que ce placement correspond à votre profil patrimonial.

Enfin, comme tout investissement immobilier, tenez compte du fait que les SCPI sont des placements de long terme dont la durée de détention minimale ne saurait être inférieure à huit ans.